Bienvenue en vallée de Freissinières au coeur des Hautes Alpes


Dormillouse





A la rencontre de Dormillouse et son unique habitant - Reportage TF1 - 09 février 2015



Chroniques d'en Haut - France 3 - 25 mars 2014


C’est une perle rare : un village niché au cœur du Parc National des Ecrins dans les Hautes Alpes, sans aucune route pour y accéder, où l’on peut vivre comme les anciens.



Dormillouse le dernier hameau habité au coeur du Parc National des Ecrins - France 3 Alpes - 02 Août 2013


Dormillouse, à 1700 mètres d'altitude, est le seul hameau encore habité en permanence au coeur du Parc des Ecrins. Un refuge pour les vaudois persécutés par l' Inquisition.

Le Parc national des Écrins

Un territoire d’exception
« Né en mars 1973, le Parc national des Ecrins est un établissement public. La loi concernant les Parcs nationaux, adoptée en 2006, assoit le principe d’une zone protégée et réglementée appelée « coeur de parc » et d’une « aire d’adhésion » qui a vocation à rassembler les communes et le Parc dans une charte traçant les ambitions d’un développement durable.

C’est un massif de haute montagne, puissant et compact dans lequel les glaciers ont creusé de profondes vallées qui sont autant de pays à l’identité bien trempée. L’amplitude altitudinale (800 m à 4100 m), la diversité des influences climatiques et des orientations des versants, les natures de substrats et l’histoire des usages de l’espace ont donné une palette de milieux naturels d’une grande variété. Chaque vallée a son ambiance et son identité propres. »

Le village de Dormillouse

Un village habité au coeur du Parc national des Ecrins qui devoile son architecture et son histoire au fil de ses ”quartiers" ou hameaux.

Village perché au-dessus d‘un verrou glaciaire, Dormillouse surplombe une magnifique cascade. Son isolement a permis aux Vaudois de s'y réfugier au Moyen-Âge pour fuir les persécutions. Aujourd'hui encore. ce n‘est qu‘à pied que se découvre ce village chargé d'histoire.

La vallée de Freissinières

UBAC

Le sapin blanc
Ce conifère porte ses aiguilles à l'horizontale sur ses branches et ses cônes dressés vers le haut, à l'inverse de son cousin l'épicéa. Sous chacune de ses aiguilles qui ne piquent pas, sont dessinées deux lignes blanches.

L'Epipogon
Délicate et discrète, cette petite orchidée aux fleurs blanches à peine rosées pousse dans l'humus et la mousse des forêts d'ubac. Mais la belle peut aussi fleurir sous terre et se faire invisible certaines années.

La Buxbomie
Cette minuscule mousse très rare et à forte valeur patrimoniale est des plus difficile a trouver... Dépourvue de feuilles et ne dépassant pas 7 à 8 mm de haut, elle pousse dans les sapinières fraîches sur des bois humides au pourrissement déjà bien avancé.

Le chevreuil
Petit prince de la foret, il trouve refuge dans la sapinière en hiver. Si le « miroir » de son derrière est en forme de cœur c'est une chevrette, en forme de haricot c'est un brocard.

 Parc National des Ecrins  Parc National des Ecrins 

BIAYSSE et sa RIPISYLVE 

La truite fario
Dame fario vit dans l'eau claire et rapide de la Biaysse. Pour avoir une chance d'apercevoir sa jolie robe claire mouchetée de points rouges et noirs, postez-vous près d'un calme quand les insectes volent au ras de l'eau.

Le cincle plongeur
Virtuose du vol au ras de l'eau, cet oiseau est aussi capable de marcher au fond de l'eau, à contre-courant, pour chasser des invertébrés aquatiques.

Le campagnol amphibie
Avec ses 37 cm du museau au bout de la queue, il est l'un des plus grand de sa famille. Il creuse des terrier dans les berges des ruisseaux affluents de la Biaysse et nage en apnée pour fuir ses prédateurs comme le renard.

La grenouille rousse
Un plouf retentit devant vos pas... une grenouille au masque chocolat rejoint sa cache dans le ruisseau. Cet amphibien est présent de la plaine à la haute montagne : dans sa famille, détient le record de vie en altitude.

Parc National des Ecrins Parc National des Ecrins Parc National des Ecrins


L'ADRET 

Le circaète Jean-le-Blanc
Au mois de mars, ce grand rapace revient d'Afrique pour faire son nid. Le dessous de ses ailes est blanc et il pratique le vol stationnaire en « saint esprit » à la recherche de ses proies favorites : les serpents.

La cigalette à ailes courtes
Cette petite cigale peut vivre jusqu'à 1600m d'altitude sur les adrets bien ensoleillés. Elle passe facilement inaperçue car elle s'envole dès qu'on l'approche. Son chant est de faible intensité et très aigu mais caractéristique : « tssssssss..... tsit ». Les jeunes oreilles l'entendent très bien !

Le tichodrome échelette
Magnifique oiseau au plumage coloré et au vol de papillon, le tichodrome fréquente les falaises ensoleillées où il recherche insectes et araignées qu'il capture dans les anfractuosités du rocher avec son bec fin et courbé.

La coronelle lisse
Serpent doux et discret, la coronelle profite de la chaleur de l'adret où elle chasse les lézards. Elle est souvent prise pour une vipère et sa rencontre nous fait sursauter. Pourtant, c'est une couleuvre inoffensive que l'on reconnaît à sa couleur gris rosé et à sa pupille ronde.

Parc National des Ecrins Parc National des Ecrins Parc National des Ecrins

Pour en savoir plus :
ecrins-parcnational.fr et rando.ecrins-parcnational.fr

Lac du Fangeas

Départ de Dormillouse
Altitude de départ : 1440m
Altitude arrivée : 1990m
Dénevelée : 450m
Temps A/R : 1h30
Accès : vallée de Freissinières D38, parking des cascades du bout de la piste.
Descriptif

lac dormillouse
©Parc National des Ecrins

Lac de Palluel

Départ terminus route de Dormillouse
Altitude : 2 471m
Temps A/R : 2h15
Lieu de départ: Terminus route de Dormillouse
Descriptif

lac dormillouse
©Morelloyanndu13821 [CC BY-SA 3.0] via Wikimedia Commons

Lac du Faravel

Départ de la cabane de la Valette
Altitude de départ : 1960m
Altitude arrivée : 2310m
Dénivelée : 350m
Temps A/R : 1h30
Accès : D38, avant Freissinières, prendre la piste forestière à gauche dans le bois de Monsieur. Suivre la piste forestière en direction de la cabane de la Valette et laisser le véhicule à l'entrée du parc.

Lac du Lauzes

Départ Col des Lauzes
Altitude arrivée : 1834m
Accès :  Freissinières, la route pastorale puis forestière, carrossable jusqu'au col des Lauzes.

Cascades de Dormillouse

A découvrir lors de votre ascension vers le village de Dormillouse. Attention le sentier des Cascades pour arriver jusqu'au village est déconseillé avec des jeunes enfants

Cascade de dormillouse

La boucle de Dormillouse

Altitude de départ : 1441 m
Altitude arrivée : 1832m
Dénivelée : 391m
Temps A/R : 2 heures30
Accès : Se garer au parking des Cascades, au terminus de la route, tout au fond de la vallée de Freissinières. Prendre le sentier de gauche où se trouve la porte d'entrée du Parc national des Ecrins, ensemble de trois panneaux explicatifs (laisser sur la droite la passerelle qui mène au sentier d'hiver

Descriptif

Circuit de l'eau le long de la Byaisse

Altitude de départ : 927m
Altitude arrivée : 1441m
Dénivelée : 370m
Temps A/R : 6 heures
Accès : Freissinères, puis un des points de départ cités ci-dessous.

Départ : Chapelle de Rame, à la sortie du village de Freissinières, au hameau dit les Violins, au hameau dit les Mensals.

Arrivée :  Dormillouse via rive droite ou gauche de la Byaisse ou la variante jusqu'au parking de Dormillouse par le sentier des cascades.

Plusieurs départs sont proposés afin de vous laisser le choix quant à la longueur du parcours. Vous cheminerez ensuite le long de la BYAISSE, sur un chemin plat, ombragé & animé par le murmure de cette eau ' . limpide qui se faufile au milieu des rochers. Lorsque vous arriverez au parking, vous pourrez observer les superbes cascades de Dormillouse.

La Boucle de Prapic (en 4 jours)

randonnée parc des ecrins

Dormillouse est le hameau le plus élevé de la vallée, la seule zone construite dans la zone du Parc National des Ecrins et le seul lieu habité toute l'année en zone centrale du Parc National des Ecrins.

L'altitude est le premier facteur de la rigueur de ce lieu (1700 à 1850m). sa position sur l'adret ( au sud) permet un ensoleillement de minimun 4h en hiver et 11 heures en été. Le village est construit sous des crêtes et plus particulièrement sous le rebord d'un plateau appelé les Clots (500m au dessus) ce qui le protège des avalanches.

Cet emplacement a assuré, au cours de l'histoire, une protection naturelle à ses habitants. Lorsque Dormillouse "vivait", il était souvent identifié à un village car il possédait son école, son temple (tous étaient de religion protestante), et un état civil propre.

Histoire de dormillouse

Un brin d'histoire

L'histoire de Freissinières est principalement liée à sa situation géographique, c'est à dire celle de vallée refuge. Les traces de vie humaine remonte à l'âge de bronze puisqu'un certain nombre de documents de cette époque ont été retrouvés (musée de Gap). Les Sarrazins, dit-on se réfugièrent à Dormillouse après la bataille de Mont-Dauphin vers 650.

Mais l'histoire de Freissinières est surtout liée à celle du mouvement vaudois qui y trouva refuge à la fin du 13ème siècle.Ce mouvement religieux qui s'établit dans plusieurs vallées alpines resta très vivace à Freissinières et au 16ème siècle, s'intégra à la réforme protestante.

Le temple, il fut construit en 1758. c'était à l'origine une église destinée au culte de la religion catholique. Un prêtre, nommé Jauffrey fut affecté à cette paroisse. Il y resta 30 ans , dit deux messes par jour. Aucun des habitants de Dormillouse n'alla à une de ses messes. Lorsqu‘il partit, il fit œ discours : "Entêtés de Dormillouse, écoutez bien. Quand je serai aux portes de l'enfer avec mon crucifix à la main, je vous dirai : venez, venez mes damnés de Freissinières, il y a de la place pour vous. "

Il fut donné au culte protestant .L'école, située à côté du temple, (actuellement un gîte d'étape), était à l'origine l‘habitation du prêtre. Ce bâtiment devint l'école de Dormillouse.

Avec la Révolution Française et l'Empire, la communauté protestante put vivre en paix et récupéra après le Concordat l'église de Dormillouse pour en faire un temple. L'histoire retient également la venue à Dormillouse d’un pasteur genevois, Félix NEFF qui évangélisa les vallées alpines et créa à Dormillouse "une école normale d‘instituteur” avant la lettre dans le bâtiment à côté du temple.

Les bâtiments du village

Les maisons avaient jadis le même aspect extérieur qu'actuellement. Pas de cave, ni d'écurie voutée. Le toit était en ardoise. On entrait par un couloir qui desservait l'écurie et la partie d'habitation composée de la cuisine et de deux chambres. Au niveau supérieur se trouvait la grange où le foin était entassé. Il n'y eu jamais d'incendie dans le village.
Le cadastre de Freissinières répertorie 80 habitations en 1834 et seulement 18 en 1958.

Les fours à pain
Trois fours existaient à Dormillouse : aux Enflous, à Pra-Barnéou et aux romans. On ne cuisait le pain qu'une seule fois par an car le bois était denré rare.

Le moulin à eau
(restauré en 1980) situé aux Enflous servait à moudre le seigle.

Une turbine hydroélectrique
Situé près du moulin à eau assura l'éclairage public et celui des particuliers pendant 20 ans

Le cimetière existe depuis le début du siècle. La plupart des chemins dans le village étaient pavés. Aux alentours du hameau de Dormillouse, vous trouverez des cabanes restaurées actuellement utilisées par les bergers en transhumance, des abris naturels (des cavités  dans la roche), des ponts de bois régulièrement restaurés, d'un pont vouté à I'ouest des Romans qui a été construit suivant Ia configuration de la gorge.

Le valdéisme est un mouvement religieux qui prit naissance en 1173 à la suite de la conversion de Pierre VALDOS ou VALDES, riche marchand lyonnais. Il fonda un mouvement, « les pauvres de Lyon » qui désirait revenir à l'église primitive , obtenir le droit de prêcher l'évangile pour les laïques, , hommes et femmes, et traduire la Bible. Très rapidement, il eut des démêlés avec l’Evéque de sa ville au sujet prédications. Au début, le mouvement ne fut pas condamné et Valdo aile en 1179 présenter ses thèses au Pape. Mais très rapidement il se heurta à la hiérarchie catholique et en 1184, le valdéisme fut condamné au concile de Vérone. Nous sommes dans une période très agitée sur le plan religieux. Le mouvement cathare fait son apparition ainsi que de grands mystiques : Saint Dominique, Saint François d’Assise.

En 1209, débute la croisade contre les Albigeois et les Vaudois organisent leur premier rassemblement : la conférence de Pamiers.

Valdo meurt en 1207 ou 1217 et les « pauvres de Lyon », devant la répression qui se développe, se réunissent à Bergame en 1218 pour organiser leur mouvement.

Histoire de dormillouse

Le mouvement gagne la vallée du Rhône, le nord de l’Espagne, l’Italie, le Piémont, l’Allemagne et la répression commence dès 1227 en Allemagne. L’Archevéque d’Embrun organise en 1234 la poursuite contre les Vaudois des vallées alpines. Rappelons qu’en 1244 se termine la croisade des Albigeois parle bûcher cathare de Montségur. Rapidement, le valdéisme prend de l’ampleur et des colonies vaudoises vont s’installer jusqu’à Naples et en Bohême. Les persécutions deviennent de plus en plus importantes, animées par l’inquisiteur François Borelli dans les vallées alpines et en 1348, 12 vaudois sont brûlés vivants à Valput (Vallouise) et des bûchers s’élèvent un peu partout.

Le mouvement vaudois met une organisation en place et les missionnaires au nom de Barbe ou Berbet circulent clandestinement.

Devant les terribles persécutions, Louis XI protège les Vaudois des Alpes par l’édit d’Arras en 1478. Mais l’accalmie est de courte durée et en 1486 les deux Consuls du Conseil de la communauté de Freissinières sont brûlés sur le bûcher. Les croisades dirigées par Albert de Cattane sur les deux versants des Alpes vaudoises s’amplifient.

140 Barbes en 1526 organisent le colloque du Laus dans le piémont pour envisager la situation et discuter du mouvement de la réforme (1517) qui prend son essor en Allemagne.

En 1530, à Mérindol en Provence, l’Association des Barbes décide d’envoyer Georges MOREL de Freissinières, et Pierre Masson en Suisse et en Allemagne pour rencontrer les réformes. Le 12 et 18 septembre 1653, un Synode général à Chamforan dans le piémont étudie l’intégration du mouvement Vaudois dans Ia réforme.

Ce Synode marque la fin du valdéisme primitif. Cependant, le mouvement vaudois ne disparaît pas du jour au lendemain.

L’intégration dumouvement à la réforme se fera progressivement. Et prenant des années encore on parlera des Vaudois.

En 1547, le Lubéron sera le théâtre de sanglant massacres des Vaudois organisés par le Baron Meynier d’Oppede. Mais progressivement le valdéisme disparut en tant que tel en France mais subsiste en Italie et en particulier dans le Piémont.

Dormillouse est accessible uniquement en raquettes ou à ski de randonnées l'hiver; il faut compter environ 1h30 pour accéder au village depuis le parking hiver 

Voir les conditions